Vous êtes ici : Accueil > Fiches Pratiques > Energie > Production d’énergie > Alternateur > Alternateur marin

Alternateur marin

Le développement des alternateurs est issu de la construction automobile. L’adaptation au milieu marin implique des contraintes supplémentaires :

  • Vitesse de rotation plus lente : un moteur marin tourne moins vite
  • Choix de la puissance: le parc de batterie à recharger est conséquent (batterie de servitude)
  • Régulation: pour recharger les batteries de servitude, une charge en trois cycles est nécessaire
  • Traitement contre la corrosion

Vitesse de rotation plus lente

L’amplitude de la tension est proportionnelle à la vitesse de rotation. Comparativement à celui d’une voiture un moteur marin tourne moins vite et par conséquent doit produire de l’énergie à des vitesses de rotation moins importantes. La puissance maximale est en général atteinte à 3500 tr/min.

Choix de puissance

Sur une voiture la batterie est utilisée pour démarrer le moteur et sert de tampon entre l’alternateur et les consommateurs d’énergie. De plus ces batteries ne sont jamais et ne peuvent être déchargées à plus de 20% (batteries à plaques fines).
Sur un bateau on trouve également une batterie de démarrage mais également une ou plusieurs batteries de servitude qui subissent des décharges profondes pouvant atteindre pour certaines 80% de décharge.
Le dimensionnement de l’alternateur doit donc être réalisé en prenant en compte la totalité du parc de batteries.

La puissance d’un alternateur marin doit être comprise entre 1/3 et 1/4 de la capacité du parc batterie à recharger.

Toutefois ces valeurs sont à adapter aux parcs batteries installés. Certaines technologies acceptent des courants plus élevés. Il est conseillé de toujours consulter les notices des batteries.

Régulation

L’utilisation d’un alternateur automobile ne permet pas de recharger les batteries à 100% et réduit la durée de vie des batteries de service à cause du non respect des cycles de charge (boost, égalisation, floating).

Un alternateur marin doit être équipé d’un régulateur électronique asservi.

Voir chapitre optimisation de la régulation des alternateurs.

Traitement de la corrosion

Un alternateur marin évolue dans un milieu corrosif, il doit être conçu pour supporter cette contrainte :

– paliers anodisés.
– roulements étanches et graissés à vie.
– parties métalliques traitées contre la corrosion (bichromatage)
– bobinage isolé à la résine.
– négatif isolé de la masse.