Vous êtes ici : Accueil > Fiches Pratiques > Energie > Stockage de l’énergie > Batterie marine > Entretien d’une batterie marine

Entretien d’une batterie marine

Ce chapitre a pour but de rappeler quelques règles permettant d’utiliser au mieux les batteries. Un manque d’entretien ou l’utilisation d’une batterie de capacité insuffisante ou un équipement de charge mal adapté sont les causes principales de détérioration d’une batterie.

Contrôler les tensions de charge et de décharge

Ce qui détruit une batterie ce sont les surtensions de charge et les décharges trop profondes. Il est donc nécessaire de réaliser un inventaire du parc et de consulter les fiches techniques.
Valeurs indicatives mesurées après une période de repos à 20°C :

Tension de charge Tension de maintien (floating) Tension charge = 100% Tension pour une décharge de 50% Tension pour une décharge  de 80%
Electrolyte liquide 14 V 13,3 V 12,6 V 12,2 V 11,5 V
Electrolyte AGM 15 V 14,5 V 12,6 v 12,2 V 11,5 V
Electrolyte
gélifié
14,1 V 13,5 V 12,8 V 12,4 V 11,2 V

La mesure de tension pour contrôler l’état de charge d’une batterie doit être réalisée après une période de repos de quelques heures.(repos = sans charge ni décharge)

Attention: certaines batteries ne peuvent atteindre des taux de décharge supérieurs à 50%.

Ces valeurs ne s’appliquent pas aux batteries de démarrage qui ne peuvent supporter des taux de décharge supérieurs à 20%.
La méthode la plus adaptée pour surveiller l’état de la batterie est de mettre en place un gestionnaire de batterie.

Dimensionner le parc

La première règle consiste à bien dimensionner le parc batterie afin d’éviter d’appliquer des cycles de charge et décharge profonde trop nombreux (voir chapitre «comment choisir sa batterie»).

Traiter et prévenir la sulfatation

La principale cause de dégradation des batteries est la sulfatation (80%). Quand l’état de sulfatation est avancé, il peut se manifester par l’apparition de poudre blanche au niveau des cosses.
Ce problème survient lorsque la batterie est laissée pendant une longue période dans un état déchargé. Le sulfate de plomb qui se crée naturellement lors de la décharge se cristallise ce qui a pour conséquences :

  • Création d’une couche isolante en surface des électrodes qui empêche la recharge (l’eau et les ions hydronium ne peuvent plus atteindre la matière réactive).
  • Perte de molécules de l’électrolyte (acide sulfurique) qui devient progressivement inefficace.

La première règle à respecter est donc de ne pas laisser la batterie déchargée pendant une longue période. Pour pallier ce phénomène il est nécessaire de désagréger les cristaux en appliquant une surtension pendant environ deux heures après une charge complète (charge d’égalisation).Si la batterie est utilisée normalement (pas de poudre blanche au niveau des cosses) il est conseillé de réaliser cette charge d’égalisation une fois par an avant l’hivernage.
Pour réaliser cette charge, appelée aussi charge d’égalisation (elle sert aussi à homogénéiser l’électrolyte pour les batteries liquides), il faut appliquer une tension comprise entre 15 et 16 Volts avec un courant maximum égal à 5% de la capacité de la batterie. Lorsque l’on réalise cette charge d’égalisation il est important d’isoler la batterie pour éviter de détériorer les instruments sensibles aux surtensions.
Les batteries gel et AGM étant moins sujettes à la sulfatation, il n’est pas nécessaire d’appliquer cette charge d’égalisation.

Gérer l’auto-décharge

Une batterie se décharge même sans être utilisée. Pour un stockage sans utilisation à une température de 20°C la perte de capacité peut atteindre 6% par mois pour des batteries de mauvaise qualité (1% pour certaines batteries AGM). Plus la température sera basse moins cette perte sera importante. Avant une période d’hivernage il est de bon usage d’appliquer une charge complète aux parcs de batteries. L’utilisation de panneau solaire ou d’éolienne permet également de gérer ce problème (voir chapitre «production d’énergie»).
Il est également conseillé de stocker les batteries dans un endroit le plus frais possible.
Valeurs indicatives d’auto-décharge (variables selon la technologie et le constructeur)

Type électrolyte Autodécharge
Electrolyte liquide 4%
Electrolyte type AGM 3 %
Electrolyte type Gel 2 %

Eviter les surcharges

Il faut éviter les surcharges. Une fois la batterie complètement chargée, il n’y a plus de matière réactive disponible sur les électrodes.
Par conséquent, c’est la réaction d’hydrolise de l’eau qui prend le relais, avec deux conséquences :

  • Séchage de la batterie (diminution d’électrolyte).
  • La diffusion massive d’oxygène engendre l’oxydation, donc la détérioration des électrodes.

Il ne faut donc jamais laisser un chargeur non équipé de régulateur (ne respectant pas le cycle IUoU) branché en permanence à une batterie.

Prendre garde à la corrosion des électrodes

Une diminution du niveau de l’électrolyte conduit à une corrosion des électrodes. Ce phénomène est aussi observé lorsque la densité de l’électrolyte n’est pas uniforme (stratification) sur les batteries liquides, pour cette raison, il est nécessaire d’appliquer régulièrement une charge d’égalisation sur les batteries à électrolyte liquide. A noter que cette charge d’égalisation permet aussi d’optimiser la réaction de charge décharge en homogénéisant l’électrolyte grâce au gaz qui est généré pendant cette phase et prévient de la stratification.

Surveiller les connexions

Une connexion de mauvaise qualité (mauvais serrage, présence de sulfate, oxydation) entraine une augmentation de la résistance d’où une consommation supplémentaire. Il est donc nécessaire de contrôler l’état des connexions soit visuellement soit en vérifiant qu’il n’y a pas d’échauffement.

Capacité (%) en fonction de la température (°C)